Logo suisse21.tv
Inscription Newsletter suisse21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Incarcéré depuis vendredi dernier, le théologien suisse Tariq Ramadan va resterer en détention provisoire, ont rapporté des sources judiciaires. Le juge des libertés et de la détention (JLD) a en effet suivi les réquisitions du parquet et décidé de le maintenir sous écrou. Celui-ci prévoit qu’elle ne peut être ordonnée que dans le but de « conserver les preuves », « empêcher une pression sur les témoins » ou « toute concertation frauduleuse ». Il s’agit en outre de « protéger la personne mise en examen » ou encore de « garantir son maintien à la disposition de la justice », a précisé Libération dans un article détaillé sur l’affaire. Mis en examen le 2 février pour « viol » et « viol sur personne vulnérable », qui auraient eu lieu respectivement en 2012 et 2009, M. Ramadan conteste les faits dénoncés par deux plaignantes. De leur côté, les avocats du théologien suisse réclament la saisie de l'Inspection générale de la justice française, estimant que l'enquête préliminaire a été émaillée de problèmes de procédure ayant porté préjudice à leur client. Une pièce clé du dossier pouvant constituer un alibi aurait notamment été négligée.

Contenu de la vidéo : Incarcéré depuis vendredi dernier, le théologien suisse Tariq Ramadan va resterer en détention provisoire, ont rapporté des sources judiciaires. Le juge des libertés et de la détention (JLD) a en effet suivi les réquisitions du parquet et décidé de le maintenir sous écrou.
Celui-ci prévoit qu’elle ne peut être ordonnée que dans le but de « conserver les preuves », « empêcher une pression sur les témoins » ou « toute concertation frauduleuse ». Il s’agit en outre de « protéger la personne mise en examen » ou encore de « garantir son maintien à la disposition de la justice », a précisé Libération dans un article détaillé sur l’affaire.
Mis en examen le 2 février pour « viol » et « viol sur personne vulnérable », qui auraient eu lieu respectivement en 2012 et 2009, M. Ramadan conteste les faits dénoncés par deux plaignantes.
De leur côté, les avocats du théologien suisse réclament la saisie de l'Inspection générale de la justice française, estimant que l'enquête préliminaire a été émaillée de problèmes de procédure ayant porté préjudice à leur client. Une pièce clé du dossier pouvant constituer un alibi aurait notamment été négligée.

Mots clés liés : Suisse, France, Tariq Ramadan, Frères Musulmans, théologien, viol, prison, détention, Université d’Oxford, alibi

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Suisse21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Suisse21.tv